CONNAISSEZ-VOUS LE CNFAP ?

Dans l’objectif de contribuer et d’apporter humblement ma connaissance à des organisations qui œuvrent pour la cause artistique dans le monde, je suis heureux d’avoir été admis à rejoindre le Conseil d’Administration du CNFAP en juin 2024.

Le CNFAP [Conseil National Français des Arts Plastiques] est une organisation qui découle de la création de l’ IAA-AIAP [International Association of Art – Association Internationale des Arts Plastiques].

Mais avant de vous parler du CNFAP, je dois vous présenter l’ IAA-AIAP.
http://www.cnfap-artsplastiques.org 
https://iaa-aiap.com

L’ IAA-AIAP est une ONG qui émane de l’UNESCO dont les fondations datent de 1948 et le rôle était d’enquêter sur les moyens par lesquels les artistes pourraient servir les objectifs de l’UNESCO et découvrir quels obstacles d’ordre social, économique ou politique se dressent sur le chemin des artistes dans la pratique de leur art, à travers le monde. 

En 1954, l’ IAA-AIAP est pleinement constituée en tant que ONG indépendante affiliée à l’UNESCO. Ses membres sont répartis sur les cinq continents, et de nombreux pays dans le monde sont représentés par une structure partenaire de l’UNESCO en lien direct avec l’ IAA-AIAP.

Le CNFAP est donc l’une de ces structures nationales qui représente officiellement la France auprès de l’ IAA-AIAP.
https://iaa-aiap.com/artists/
https://www.aiap-iaa.art/adhesion.list.htm

Des artistes tels que, Miro, Braque, Delaunay, Pasmore, Hartung, Laurencin, Matta, Lurçat, Masson, Vasarely, Moore, Soto, Cesar, Calder et bien d’autres ont contribué à la croissance de l’ IAA-AIAP.
Aujourd’hui, d’autres personnalités du monde artistique continuent à œuvrer pour défendre les droits des artistes dans le monde.

Chaque membre est détenteur d’une Carte de IAA-AIAP reconnue et acceptée par les musées et les institutions artistiques du monde entier. Elle est également une identification importante pour les artistes dans leurs recherches artistiques professionnelles. Elle est décernée par le Comité National du pays de résidence de l’artiste. Pour la France, ce sera le CNFAP qui la délivrera.

Le CNFAP a été mis en place, par la Direction Générale des Arts et des Lettres du Ministère de l’Éducation Nationale, en 1956, pour représenter officiellement la France auprès de l’ IAA-AIAP et favoriser les dialogues et les échanges entre artistes sur un plan mondial.

Il comprend, parmi ses membres-fondateurs du CNFAP, vingt artistes éminents tels que, Georges Braque, Roger Chapelain-Midy, André Dunoyer de Segonzac, Marcel Gromaire, Marie Laurencin, André Lhote…

Intégrer le CNFAP en tant qu’artiste adhérent de l’association se fait en général par parrainage ou cooptation.
Vous êtes intéressés pour rejoindre notre équipe ?
Je vous invite à prendre connaissance des règles pour faire acte de candidature à ce lien.
http://preprod.cnfap-artsplastiques.org/adherer/

TANABATA 七夕, LA CÉLESTE LÉGENDE JAPONAISE 🎋

zz Tanabata, Blog Éric Petr
Installation Éric Petr en lien avec Tanabata pendant les Rendez-vous aux Jardins 2018

Cet article est extrait du site JAPON, UN ART DE VIVRE où l’on vous parle de la vie au Japon, de ses anecdotes mais aussi de ses codes de société complexes et de la manière dont les visiteurs peuvent accéder plus facilement à certains lieux, tout en restant courtois. Une sorte de mode d’emploi pour les voyageurs au Japon. Je recommande !
https://japonartdevivre.blogspot.com/

Le Festival Tanabata 七夕祭り  

Le Festival Tanabata 七夕祭り est un festival (matsuri 祭り) qui se célèbre le 7 juillet de chaque année au Japon. C’est à cette occasion que l’on vient accrocher des ex-voto dans les bambous, des petits papiers très colorés sur lesquels on écrit ses vœux.

Tanabata est une fête traditionnelle provenant de O-Bon お盆, matsuri bouddhiste japonais célébrant la fête des ancêtres, ou de la fête des étoiles chinoise Qīxī 七夕 qui en chinois veut dire « nuit du septième mois », ce qui explique que Tanabata matsuri 七夕祭り est célébré tous les ans, le 7 juillet. 

La légende de Tanabata 七夕 peut différer selon la tradition orale des histoires, mais elles sont toutes à peu près identiques.

Festival Tanabata 七夕祭り
© S35ktmo_info

C’est la merveilleuse histoire de deux étoiles, Véga (Orihime) et Altaïr (Hikoboshi), qui après être tombées éperdument amoureuses, se reverront la septième nuit du septième mois de chaque année.

L’étoile Orihime 織姫, Princesse tisserande vivait sur les bords de la Rivière Céleste (notre voie lactée) Amanogawa 天の川.
Ses doigts de fée créaient les plus belles étoffes de l’Univers et sa beauté sublime comblait de bonheur son père, le Seigneur du Ciel 天帝.

Mais son père ne pouvait profiter pleinement de ce bonheur, sachant sa fille souffrir de solitude tant elle travaillait.
Orihime aurait bien voulu avoir un peu de temps pour rencontrer, un jour, le Prince charmant dont elle rêvait si souvent.

Alors, le Seigneur du Ciel décida d’arranger une rencontre pour sa fille.
Un jour, en toute discrétion, il la présenta à l’étincelante Étoile Hikoboshi 彦星, rayonnant sur sa constellation comme un aigle en plein vol.
Hikoboshi avait une force de travail inouïe et veillait, depuis l’autre côté de la Rivière Céleste Amanogawa, sur ses vaches avec une attention et une diligence qui en faisaient le meilleur bouvier de l’Univers.

Lorsqu’ils se virent la première fois, ce fut le coup de foudre cosmique.
Depuis ce jour, l’Étoile Orihime et l’Étoile Hikoboshi ne se séparèrent plus et se marièrent rapidement.

Mais l’amour les avait aveuglés et détachés de leur tâche principale, de ce qu’ils savaient le mieux faire dans l’Univers.
C’est ainsi que Orihime cessa de confectionner ses magnifiques tissus et que Hikoboshi se mit à négliger son travail, ce qui déclencha la colère du Seigneur du Ciel.

Agacé par la présence des vaches errant partout dans le ciel et n’ayant plus la moindre étoffe pour se couvrir, il dut mettre un terme aux ébats amoureux du jeune couple et leur interdit de se revoir.
De nouveau, la Rivière Céleste Amanogawa sépara les deux Étoiles.

Mais cette terrible séparation rendit la Princesse tisserande très, très triste et son visage se transforma en un lac de larmes.
Son père ne put supporter plus longtemps le chagrin de sa fille qui provoquait en lui un déchirement insoutenable.

Il proposa alors, aux deux Étoiles, Orihime et Hikoboshi, de se revoir chaque année, à la condition qu’elles œuvrent comme elles avaient l’habitude de le faire par le passé.
C’est ainsi que le couple se mit à travailler assidûment pour pouvoir se retrouver la septième nuit du septième mois de chaque année.

Quand ce jour, si attendu, vint pour la première fois, ils réalisèrent qu’ils ne pouvaient que se voir sans pouvoir s’étreindre, car la Rivière Céleste qui les séparait ne possédait aucun pont.

Alors, la Princesse Orihime se mit à pleurer tant et tant, que des milliers de pies vinrent et promirent d’ériger un pont avec leurs ailes afin que les amoureux puissent traverser la Rivière Céleste et s’enlacer.

Depuis, chaque année à la même période, on écrit des vœux sur de petits papiers, nommés Tanzaku 短冊, dédiés aux petits poèmes que l’on accroche aussi dans les bambous pour que Orihime et Hikoboshi exaucent nos prières.

zz Tanabata, Blog Éric Petr

La légende de Tanabata a été intégrée dans l’installation Popii opus 1, présentée lors des « Rendez-vous au Jardins » 2018 dans la Chapelle de Bambous du Jardin Sauvage de Cabriès (France).

Si vous voulez en savoir plus sur cette exposition, je vous invite à parcourir, cette page :
www.ericpetr.net/galerie/rendez-vous-aux-jardins-2o18/

LA PHOTOGRAPHIE ARGENTIQUE AU XXIe SIÈCLE

Église Saint Trophime, Arles – Éric Petr, 2024 | Nikon F3T, Nikkor H85 f1.8 & Ilford Delta 100

Dans les années 90, j’ai arrêté la photographie après dix années de passion.

Ces années-là, la photographie numérique est arrivée et a supplanté la photographie argentique en quelques années seulement.
Un raz de marée qui secoua toute une industrie. De cette époque, tous les photographes auront quelque chose à dire, et souvent pour raconter un moment douloureux. 

Pour ma part, une grande tristesse s’empara de moi. J’ai enterré mon matériel et mon travail comme pour oublier à jamais cette passion pour laquelle j’avais consacré tant de temps et pour laquelle tout me semblait disparaître à jamais.

Dix ans plus tard, je revins tout doucement sur la scène de l’image comme un accroc revient à sa drogue. 

C’est avec le Nikon Df, en 2013, que j’ai retrouvé les plaisirs perdus de l’argentique.
Cet appareil photographique me semblait répondre au plus près de la pratique argentique, non pas dans le processus, mais plutôt dans le ressenti de la prise de vue. Le Nikon Df est ce genre de succédané que les personnes addictes peuvent prendre pour duper leur corps et leur esprit. Mais bien sûr, le ressenti n’est que trompeur et, malgré tout, insatisfaisant.

Il fallait en arriver là, pour fermer la boucle et, pour ressortir le vieux matos des années 80, recouvrer les sensations divines de l’argentique et continuer la route avec ses premiers amours. 

Aujourd’hui, je ne prends plus de plaisir avec le numérique et il devient pour moi, essentiel, de poursuivre ma quête là où mon radeau s’est échoué. 

⚪️ Cliquez sur les images pour les voir dans le détail du grain argentique ⚪️

En allant à Arles – Éric Petr, 2024 | Nikon F3T, Nikkor NC24 f2.8 & Ilford Delta 100

Sans doute est-il difficile pour beaucoup de comprendre cette relation avec l’argentique. Mais l’argentique, en photographie, est un outil extraordinaire !

En prise en main, vous aurez l’impression de passer d’une voiture moderne à une voiture vintage, sans plus aucune assistance. 

Vous shooterez et ne vous soucierez plus de vérifier si votre photographie a bien été prise. Votre geste et votre technique, avec l’argentique, devront être irréprochables sinon, toutes vos images seront à jamais perdues. 
L’argentique est une technique sans filet qui ne permet nullement l’erreur. 
La concentration est totale et le choix de shooter, prend alors toute sa valeur et sa signification.  
Vous choisirez votre pellicule en fonction du travail que vous souhaiterez réaliser, et il en ira de même, pour ce qui est du développement du film avec les différents révélateurs et temps de pose qui apporteront tel ou tel style à votre image. 

Et puis l’argentique, c’est ce grain ! Ce grain magnifique, qui n’est pas le résultat d’un processus d’enregistrement numérique d’ondes électromagnétiques au travers un filtre passe-bas, mais bien celui d’un processus photochimique de l’exposition de la lumière à une émulsion de cristaux d’halogénure d’argent. 

Le résultat plastique est tellement différent ! 

Approchez, entrez, pénétrez en zoomant dans une image argentique et apercevez ces nuées de cristaux de couleurs ou de teintes de gris infinies, comme les points d’une gravure à l’eau-forte ou encore les particules que composent les amas stellaires. 

Ressentez là, toute beauté de l’image argentique !

Autoportrait – Éric Petr, 2024 | Nikon F3T, Nikkor NC24 f2.8 & Ilford Delta 100

Depuis quelques années, je constate avec émerveillement, mais aussi avec beaucoup de joie, que la photographie argentique revient petit à petit sur la scène, non pas comme une utilisation de masse, mais comme une pratique alternative à la création.

Généralement repris par une jeunesse curieuse de ce medium, la photographie traditionnelle renaît de ses cendres pour occuper le champ artistique, et de nombreuses activités associées se sont parallèlement développées, comme des laboratoires de développement de films et de tirages sur papier photosensible, des formations à la photographie argentique, des petites maisons d’édition dédiées aux auteurs de cette photographie ancienne avec un regard nouveau, mais aussi de nombreux magasins de matériel d’occasion et de pellicules argentiques de tous types.

Alors, au 21e siècle, photographie argentique ou photographie numérique ?

Au-delà de ce choix, la photographie est un engagement, une manière de voir, de ressentir et décrire le monde qui nous entoure.  

FESTIVAL NEBUTA DE AOMORI À NAKANO

Aomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric Petr Web
Photographies au cœur du Matsuri © Éric Petr, 2023
Nikon Df & Nikkor H85mm f1.8

青森ねぶた祭 | Aomori Nebuta Matsuri 2o23

Ces images ont pris naissance au cœur du Nebuta Matsuri qui a eu lieu à Nakano en octobre 2023.

Aomori Nebuta Matsuri est un festival majeur de la région de Tōhoku désigné comme Patrimoine Culturel Immatériel de l’UNESCO. 

C’est un incroyable défilé de danseurs costumés (haneto 跳人), de joueurs de taiko 太鼓 et de chars immenses, aux couleurs chatoyantes, et illuminés la nuit.

En signe de soutien à cette région du Nord-Est du Japon qui fut dévastée suite au grand tremblement de terre de 2011, la Mairie de Nakano à Tōkyō organise son propre festival depuis 2012 sous le nom de « Festival de Nakano pour soutenir le Tōhoku » où défile en octobre de chaque année le Nebuta Matsuri de Aomori.

« C’est une vague qu’on ressent au plus profond de son corps. Les tambours battant de toute leur puissance, cette foule en effervescence, ces danses colorées, parfois saccadées ou parfois délicates, ces airs de flûtes qui percent ce vacarme ordonné, tout est si énergique que les sens sont aspirés par ce tourbillon de ferveur. Dans ce bouillonnement, il semble que cette matière visuelle et sonore, entre en fusion.
C’est en me laissant porter par le courant de cette foule animée que je tente de saisir, avec mon appareil photographique, cette exaltation, cet amas bouillonnant d’individus réunis pour cette fête merveilleuse. J’enregistre sur de longues respirations de mon obturateur, çà et là, des visages, des mains, des couleurs, des danseurs, des percussionnistes en pleine action, et toute cette matière visuelle vient s’accumuler par couches successives sur mon capteur, comme celles d’un peintre sur sa toile, pour restituer toute la densité, et la profondeur de la scène.

Ces dix-huit photographies sont un extrait des soixante, qui racontent, avec poésie, ce Nebuta Matsuri de Aomori. »

Vous pouvez agrandir l’image en zoomant [Ctrl] et [+]

Aomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric PetrAomori Nebuta Matsuri 2o23 © Éric Petr

TÉMOIGNAGE :「 AU DÉBUT, J’ÉTAIS SCEPTIQUE ! 」

zz_fragments_2017 détail © Éric Petr Blog
#fragments_2017 détail © Éric Petr

Au début, j’étais sceptique !

« Au début j’étais sceptique ! À cette époque, pendant les rares moments où nous passions du temps ensemble, j’apercevais de loin quelques photos dans la visionneuse de son appareil. Je trouvais qu’elles étaient floues et/ou difficiles d’accès. Je lui faisais un joli sourire comme on fait aux enfants lorsqu’ils croient avoir dessiné la septième merveille du monde, et je n’allais pas plus loin.
Je pense qu’il n’était pas dupe, et il a dû sentir plus d’une fois, à l’époque, ce côté un peu ironique de mon regard. ごめんなさい、兄 (‘o^^o)

Un jour, il fit appel à mes capacités en infographie.
Ainsi, pour la première fois j’ai REGARDÉ !
La photo était en grand ; c’était magnifique !
Je fus emplie d’un je ne sais quoi de très fort. Ces nuances de noirs et de blancs vibraient en moi.

Lorsqu’il m’a demandé d’écrire une critique sur sa dernière série, ce fut pour moi un honneur, et un réel plaisir de partager mes émotions avec lui.
J’y ai vu aussi toutes ses années de travail pour arriver à ce niveau de maîtrise de son art. C’est vraiment hallucinant !
D’abord incrédule, puis conquise, je peux vraiment témoigner de l’intérêt qu’il y a à s’arrêter quelques minutes devant son talent. »

Ce magnifique et touchant témoignage est celui de ma petite sœur, infographiste, qui m’épaule dans certaines de me réalisations qui surpassent mes compétences. Ce jour-là, elle intervenait sur mon triptyque #fragments_2o17 (2 photographies de 150x26cm et 1 photographie 14x18cm).

Ce n’est pas la première fois que l’on me confie de telles révélations, ce qui m’amène à penser que la perception de mon travail photographique requiert un certain temps d’assimilation avant qu’il ne soit pleinement apprécié.

DON AU PROFIT DES VICTIMES DE LA PÉNINSULE DE NOTO DE ISHIKAWA 2024

Sasayaki Murmures Éric Petr 2023 | Blog pour Wajima
Photographies ささやき 2023, en vente au profit des victimes du 01.01.24 de Wajima

Après le violent séisme au Japon qui a touché la Péninsule de Noto le 01.01.2024, j’ai décidé de proposer deux photographies, pour une vente d’œuvres de bienfaisance au profit des victimes de Wajima, car il me semblait nécessaire que ce travail intimement lié au séisme du 05.05.2023, participe aussi modestement soit-il, à la reconstruction de la Ville de Wajima.

Ainsi, la moitié de la recette sera reversée au profit de l’organisation des personnes sinistrées de Wajima. 
・La première moitié correspond à mes droits d’auteur et à ma rémunération.
・La seconde moitié correspond aux frais de fonctionnement de mon Studio, aux taxes et charges ainsi qu’aux coûts du papier Fine Art et de l’encre pigmentaire.

Vous seriez intéressé(e) pour faire ce don ?
Veuillez cliquer alors sur le lien ci-dessous :

FRENCH ANTIQUE & ART GALLERY

!! Mon épouse étant Japonaise, le don sera directement redistribué par virement bancaire japonais à La Croix Rouge du Japon de la Préfecture de Ishikawa, aussitôt que l’œuvre vous aura été livrée.
Nous vous fournirons l’attestation de la preuve du dépôt réalisé en Yen par mon épouse !!

Caractéristiques des 2 œuvres

Titre œuvre de gauche : ささやき 0x608EBF51
Titre œuvre de droite : ささやき 0x604ABB51 (Vendue)
Année : 2023
Exemplaire : #2/3 (Tirage limité 3 copies + 1EA)  
Dimensions : 30x30cm
Technique : Photographie numérique in situ en pose longue
Appareil Nikon DF avec Nikkor H-85mm f1.8
Impression : Encres pigmentaires sur papier Hahnemühle Fine Art Bright White Rag 310g
Signature : Signé au dos
Certificat d’Authenticité : Oui
Cadre : Boîte en chêne clair avec verre musée
Note : De très discrètes imperfections visibles sur l’arête du cadre (Remise de -10% déduite)
Offert : Mon livre d’auteur « Spirituelles Odyssées »
(Valeur 35 €)

Prix par œuvre : 630 €
Frais de port : Offerts

Veuillez cliquer ici pour afficher les œuvres en grand

Mais pourquoi proposer précisément ces deux œuvres photographiques au profit des victimes de Wajima ?

Lorsque je me suis rendu au Japon, au printemps 2023, je suis allé dans la nuit du 4 au 5 mai au Parc de Kenroku-en à Kanazawa. C’était une nuit de pleine lune et j’entendis une symphonie des éléments naturels. Ces arbres centenaires, ces lacs ayant traversé les dynasties et cette lune si radieuse, m’apportèrent la sensation d’être sur la scène d’un théâtre nō.

L’énergie que je captai cette nuit-là était si forte, si rayonnante, si pénétrante que la beauté de la nature en était sublimée, et l’on comprenait avec évidence sa complicité avec le cosmos. Il semblait que toute cette beauté n’était que mouvement et qu’elle entrait dans une danse merveilleuse et surnaturelle. 

Quelques heures plus tard, je me rendis en bus au nord de la Péninsule de Noto à Suzu, lorsque nous avons été subitement stoppés dans notre progression, ce 5 mai 2023 à 14:42, par un violent tremblement de terre de magnitude 6,5 dont s’en suivirent de nombreuses répliques pendant 24 heures. 

Je compris alors que j’avais capté cette nuit-là, dans le Parc de Kenroku-en, le murmure d’un séisme. 

Je décidai alors d’appeler ce travail photographique ささやき (sasayaki), qui veut dire « murmures ». 

Le hasard, ou plutôt la synchronie des événements ou un ordre qui nous échappe, fit par la suite que j’exposai deux photographies de cette série à la Galerie Ville A des Arts à Paris avec le CNFAP de l’UNESCO en octobre 2023.

Quand j’appris le 1er janvier 2024, qu’un tremblement de terre de magnitude 7,6 s’était produit au même endroit à 16:10, heure du Japon, je fus sidéré et accablé. 

Il me revint soudainement toutes les impressions que j’avais ressenties durant les répliques, toute la nuit suivante, où nous avions essayé de dormir au 9e étage d’un hôtel situé sur le port de la ville de Wajima, aujourd’hui terriblement sinistrée par ce dernier séisme, dans la crainte d’un possible tsunami. 

Il me vint aussi beaucoup de compassion pour les Japonais touchés, devenus soudainement sans abri, blessés ou victimes, mais aussi beaucoup de tristesse pour cette petite ville où nous avions avec nos amies parcouru les jolies rues du marché du matin et son ambiance qui nous semblait tellement intemporelle. 

Ce travail photographique, c’est douze photographies seulement. Douze images qui sont d’une telle densité qu’il n’en faut pas davantage pour comprendre la beauté vibratoire de ce murmure.

Les deux photographies que je propose ici à la vente ont donc été exposées à Paris en octobre 2023. Quant aux autres photographies, elles attendent une nouvelle histoire pour être montrées à leur tour.

Il me semblait évident que ce travail en résonance directe avec le séisme de mai 2023, devait prendre part, aussi humblement soit-il, dans l’implication du secours aux victimes de la Ville de Wajima.

PROPOSITIONS ABSTRAITES | PHOTOGRAPHIE

zz Blog Exposition Abstract Project Paris Janvier 2024 Bandeau de Comm

J’ai le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition « Propositions Abstraites » photographie, mercredi 24 janvier de 18h à 21h.

EXPOSITION
du 25 janvier au 3 février 2024
accueil du mercredi au samedi de 14h à 19h

GALERIE ABSTRACT PROJECT
5 rue des Immeubles Industriels
75011 PARIS métro Nation
www.abstract-project.com

#170

PROPOSITIONS ABSTRAITES
PHOTOGRAPHIE
Pour la deuxième fois, la galerie Abstract Project propose une exposition autour de la photographie, de ses pratiques et de son approche de l’abstraction non figurative.
La généralisation de la possibilité photographique et de sa diffusion décuple la production personnelle, favorise l’expérimentation et génère, dans son flux continu, des images abstraites émanant de professionnels, d’amateurs ou de simples opportunités de regards.
En évitant un panorama exhaustif de ces recherches, nous avons souhaité inviter des artistes proches des Réalités Nouvelles, qu’ils soient photographes, peintres ou plasticiens à présenter leur pratique occasionnelle ou régulière de l’abstraction en photographie.
En envisageant les différents médiums non plus en silo, mais comme outils qui dialoguent, s’alimentent, s’épaulent, l’exposition met en lumière comment ces disciplines artistiques influencent les artistes dans leur approche de la photographie abstraite et les singularisent.

Exposition à l’initiative de Michel-Jean DUPIERRIS et Jun SATO avec…

Caroline BOUCHER
Florian BOUXIN
Charlotte BRASSEAU
Michel CARDOT
Marcel CROZET
Denise DEMARET-PRANVILLE
Philippe Henri DOUCET
Hippolyte DUPONT
Elisabeth LAPLANTE
Éric PETR
Jun SATO
Marie-Françoise SERRA
Yoann YVONNET

zz 光 0x308518BF Éric Petr | Blog Exposition Abstract Project Paris Janvier 2024
Cliquez sur l’image pour l’afficher en grand

Titre : Hikari 0x308518BF
Année : 2023
Exemplaire : #1/3
Dimension : 19 x 19 cm [Cadre 32 x 32 cm]
Technique : Technique : Photographie numérique in situ Nikon DF, Nikkor Q135. Impression encres pigmentaires Lucia Pro sur papier Hahnemühle Fine Art Pearl 285g.
Tirage réalisé par Éric Petr Studio inspiration

zz Blog Exposition Abstract Project Paris Janvier 2024
Cliquez sur l’image pour afficher le Flyer

SMARIS ELAPHUS N°01, MERVEILLEUX & FANTÔMES

zzb SmarisElaphus n°1 Couv Blog Éric Petr


Je suis heureux et très fier de vous présenter le premier numéro de la revue SMARIS ELAPHUS dans lequel mon travail est mis à l’honneur avec la présentation de mon récit photographique ⛩ LES PORTES DES DIEUX ⛩ 

Votre participation à ce NUMÉRO 1 est la bienvenue, espérant grâce à vous qu’il devienne un jour, un COLLECTOR 🥇✨

www.corridorelephant.com/la-librairie

§  §  §

SMARIS ELAPHUS
ÉDITION LIMITÉE, NUMÉROTÉE


Corridor Éléphant, Arts Hebdo Médias et TK-21 sont heureux et fiers de vous présenter le premier numéro de SMARIS ELAPHUS, la revue des trois revues.

ArtsHebdoMédias.com, TK-21.com et CorridorÉléphant.com
sont trois magazines d’art en ligne tournés vers la création contemporaine. Depuis plus de dix ans, chacune des trois revues aborde les créations d’aujourd’hui et de demain, interrogeant leur expression et leur portée sociale.

Photographies, écritures, installations, sculptures et peintures : les trois revues réunies offrent un horizon complet perçu sous différents angles. Trois univers se rencontrent, avec pour dénominateurs communs la passion de l’art et celle d’interroger notre époque. Smaris Elaphus est la preuve qu’à trois nous sommes plus inventifs et indépendants que jamais. C’est une rencontre au présent qui se conjugue au futur, un objet que l’on imagine propre au merveilleux, tangible et intangible à la fois. Thème de notre premier numéro. Vous y retrouverez les créations, les mots et les réflexions de :

Dunia Ambatlle, Adrienne Arth, Catherine Belkodja, Jean Bescós, Francesca Caruana, Marie-Laure Desjardins, Georges Dumas, Anouck Everaere, Hervé Fischer, Dina Germanos Besson, Élie Grau, Geneviève Hergott, Hormoz, Hervé Hubert, Michel Jeandin, Pierre Leotard, Manolita, Alain Nahum, Olivier Perrot, Éric Petr, Virginie Rochetti, Julia Saludo, Manon Schaefle, Denis Schmite, Samuel Solé, Télémaque & Alicia Rina, Martial Verdier.

L’édition participative permettra d’imprimer une première édition de collection : une édition limitée, numérotée, imprimée sur un papier 170g, avec une couverture pelliculée mate 350g et un format de 17x22cm pour 114 pages.
L’édition de collection est imprimée en France et sera envoyée avec beaucoup de soins dans un très beau papier de soie bleu et cacheté.

Si cette édition de collection est un succès, elle permettra de diffuser ensuite la revue en librairie (diffusion Dilicom). L’ouvrage sera imprimé en Allemagne sur un papier semi-mat 120g avec une couverture pelliculée mate 250g, son prix de vente sera de 30€.

Afin de permettre l’impression du plus grand nombre d’exemplaires possible, des lots composés d’œuvres des artistes publiés vous sont proposés.

Un grand merci aux artistes suivants pour le don de leur image :
Hormoz, Anouck Everaere, Manolita, Axel Léotard, Martial Verdier, Alain Nahum, Geneviève Hergott, Jean Bescós, Olivier Perrot, Virginie Rochetti.

§  §  §

Je soutiens l’édition
de collection ⛩

www.corridorelephant.com/la-librairie

zzb SmarisElaphus n°1 Edito Blog Éric Petr
zzb SmarisElaphus n°1 EP Blog Éric Petr

À propos du récit photographique
« Les portes des Dieux »

Il y a des lieux dont l’énergie est si forte, qu’ils vous appellent. C’est le cas du Sanctuaire de Fushimi Inari à Kyōto.

Les dix mille Torii qui guident la procession à travers la montagne sont telle une onde spirituelle qui vous accompagne tout au long de ce chemin propice à la méditation.

Torii est le portail traditionnel des sanctuaires japonais, souvent de couleur vermillon et qui représente, dans le Shintoïsme, la séparation du monde physique et du monde spirituel.

Ce récit photographique retrace cette ascension entre ombre et lumière, végétation et torii, matérialité et spiritualité.

Un voyage initiatique sur ce ruban de vermillon qui serpente dans cette végétation luxuriante où les forces divines omniprésentes appellent votre conscience.

Récit, Kyōto Mai 2023
Éric Petr


Galerie Corridor Éléphant

zzb EP_DF1_9686C Les portes des Dieux | Blog Éric Petr
Retrouvez la suite de l’exposition …
« Les portes des Dieux »

www.corridorelephant.com/expositions/eric-petr

MURMURES 2023 @ CNFAP | ささやき

ささやき 0x604ABB51 (détail) © Éric Petr (2023)


Je suis heureux de vous annoncer l’exposition MURMURES
organisée par le CNFAP à la galerie La Ville A des Arts à Paris 18e
du 4.10 au 15.10.2023 et regroupant 41 artistes plasticiens qui s’exprimeront sur la thématique des murmures.
Un vernissage se tiendra à cette occasion le 3 octobre à 18:30 🥂✨


Artistes participants :
Ayasaky Rikka – Barrovecchio Luc – Bauer Caroline – Belin Hélène – Bismuth Mélina – Blauth Lurdi – Braun Guy – Brebel Catherine – Bry Christine – Burdeos Rosa –  Collandre Françoise – Dubois Tristan – Dudret Geneviève – Edouard André – Ferru Magdéleine – Fourmestraux Éric – François Claudine – Gendre-Bergère Christine – Gérodez Jean-Claude – Gehand Annie – Guyon Spennato Elizabeth – Jäggi Andreas – Kouninioti Catherina – Koyama-Meyer Stéphane – Lambrechts Marc – Loquen Claudine – Lorsa – Nassor Carine – NEL – Pedeau-Said Geneviève – Pelouze Anny – Petr Éric – Pichereau Alain – Pourny Anne – Sartori Ana – Searle Patrick – Shahnaei Najine – Souliotis Dimitrios – Sustrac Bernard – Tralongo Pauline – Vuerich Franco

§ § §

INFOS PRATIQUES

La Ville A des Arts
15 rue Hégésippe Moreau
75018 Paris
Métro, [Place de Clichy] – Lignes, 2 & 13

Ouverture tous les jours : de 11h à 19h
Accès en entrée libre
Présence des artistes sur place

À propos du CNFAP 
Conseil National Français des Arts Plastiques
www.cnfap-artsplastiques.org

Le Conseil National Français des Arts Plastiques est le Comité National Français qui représente officiellement la France au sein de l’AIAP/IAA (Association Internationale des Arts Plastiques), ONG au près de l’UNESCO et délivre une carte d’artiste professionnel.
Sous l’impulsion de la Direction Générale des Arts et des Lettres du Ministère de l’Éducation Nationale, le CNFAP a été créé en 1956.
Il comprend, parmi ses membres-fondateurs, 20 artistes éminents, dont : Georges BRAQUE, Roger CHAPELAIN-MIDY, André DUNOYER de SEGONZAC, Marcel GROMAIRE, Marie LAURENCIN, André LHOTE…

zzb Affiche Murmures verso 1600px Cnfap Blog
zzb Affiche Murmures recto 1600px Cnfap Blog

Cliquez pour télécharger l’affiche

ささやき 0x608EBF51

MON TRAVAIL EXPOSÉ

Les deux œuvres exposées s’inscrivent dans une courte nouvelle photographique réalisée au Japon en mai 2023, « ささやき ».

ささやき (Sasayaki), en Japonais, veut dire « Murmures ».

Ces photographies sont, pour ceux qui savent écouter le silence, le murmure de la nature.

Alors que mon travail photographique interroge inlassablement les murmures de l’univers, je ne pensais pas que les ondes que je captai cette nuit-là à Kanazawa, en dialoguant avec la Lune, me transmettaient une vibration annonciatrice du séisme de magnitude 6.5 qui survint quelques heures plus tard, le 5 mai 2023 à 14:42 dans la Préfecture de Ishikawa.

Tout n’est que murmure de ces ondes qui nous traversent en permanence et nous transmettent dans leur trajectoire infinie, l’écho du Monde, si tant est que nous puissions l’interpréter.


Photographies, papier Hahnemühle B&R Rag 310g, boîte en bois chêne clair et verre musée anti-reflet et anti-UV.  De gauche à droite (ci-dessous) :
ささやき 0x608EBF51 (2023) 30x30cm #1/3 (+1EA)
et ささやき 0x604ABB51 (2023) 30x30cm #1/3 (+1EA)

SCANNERS KODAK SLIDE N & NORITSU 1800, POUR QUELLE UTILISATION ?

Image tirée d’un Négatif Kodak réalisé avec un appareil jetable | Vietnam, 2003


J’ai acheté récemment le petit Kodak Slide N Scan de 5″ et 14〜22MP pour des négatifs ou diapositives 110, 126 et 135 couleur ou noir et blanc. 

Je voulais une petite visionneuse avec une bonne définition d’écran pour regarder mes négatifs, et faire un tri rapide et efficace dans ma photothèque argentique.
Ce n’est nullement dans l’intention de scanner en vue d’un tirage mais plutôt pour voir le potentiel d’une image avant de la scanner avec un Noritsu, scanner professionnel de haute technologie.

Franchement, j’ai été très étonné par la simplicité d’utilisation de cette petite visionneuse Kodak, de sa qualité d’image à l’écran et de ses diverses fonctionnalités très pratiques. 
Quant à la partie « scanner » de la visionneuse, je m’attendais franchement à quelque chose de très modeste en terme de qualité d’enregistrement mais j’ai été surpris lorsque j’ai vu mes premiers négatifs apparaître à l’écran tant la qualité était bien au-dessus de celle attendue.

Ce n’est bien entendu pas une image exploitable pour du tirage professionnel.
Malgré tout, avec ce tout petit appareil, vous pourrez non seulement scanner un négatif en 2 secondes à peine et obtenir une qualité d’image assez correcte pour des petits tirages allant jusqu’au A5, voire A4.

J’ai donc voulu en savoir un peu plus sur cette définition et j’ai scanné des négatifs que j’avais déjà numérisés avec un Noritsu 1800 (6300 pixels pour le côté le plus long) et vous pourrez voir plus bas les différences de qualité obtenues avec un Kodak Slide N (image de gauche) et un Noritsu 1800 (image de droite), pour 3 photographies noir et blanc différentes.

On obtient incontestablement, avec le Noritsu, une image bien plus piquée qui fait apparaître le joli grain du film. La netteté des traits est aussi plus précise et surtout la Dmax (c’est à dire la différence entre les zones claires et sombres) est considérablement plus élevée avec le Noritsu qu’avec le petit Kodak.
Alors que des zones blanches sont littéralement cramées avec le Kodak Slide N, le Noritsu dévoile encore un large spectre de blancs et de gris dans ces zones lumineuses et il en va de même dans les parties plus sombres de l’image.

Le Kodak Slide N semble être d’une technologie de prise de vue (c’est à dire photographique) et non de scan, ce qui explique à la fois la rapidité de numérisation, la qualité d’image mais aussi que cette technologie a ses limites.

Pour conclure, ce petit Kodak Slide N conviendra parfaitement pour numériser une photothèque familiale car il vous permettra de la reconstituer rapidement avec une qualité tout à fait acceptable pour des souvenirs de vacances.
Il conviendra aussi parfaitement comme scan secondaire ou d’appoint pour obtenir une lecture rapide de vos dernières pellicules que vous pourrez numériser en clin d’œil.

Nikon F3 HP, Nikkor Q135 f2.8 et film Ilford Pan F 50 iso
Cliquez sur l’image ci-dessus pour la voir en grand ou la télécharger
En dessous, visualisez et téléchargez l’image en grand, celle avec le Kodak (gauche), celle avec le Noritsu (droite)

Ce comparatif, agrandi à 241%, fait bien apparaître que là, où la saturation est au maximum dans la partie blanche de la vague (à gauche), le Noritsu montre (à droite), tous les détails des bulles d’eau. La finesse des traits du vortex est aussi plus élevée dans l’image de droite.

Nikon F3 HP, Nikkor Q135 f2.8 et film Ilford Pan F 50 iso
Cliquez sur l’image ci-dessus pour la voir en grand ou la télécharger
En dessous, visualisez et téléchargez l’image en grand, celle avec le Kodak (gauche), celle avec le Noritsu (droite)

Pour cette image agrandie à 165%, la différence de qualité est moins flagrante même si celle numérisée avec le Noritsu (à droite) révèle bien plus de finesse dans la précision des gouttes d’eau et le grain du film y est révélé alors que l’image obtenue avec le Kodak a lissé tous les détails. On a aussi plus d’information dans la partie supérieure claire où tout un dégradé de gris apparaît avec le Noritsu.

Nikon F3 Titane, Nikkor Q135 f2.8 et film Ilford 3200 Delta
Cliquez sur l’image ci-dessus pour la voir en grand ou la télécharger
En dessous, visualisez et téléchargez l’image en grand, celle avec le Kodak (gauche), celle avec le Noritsu (droite)

Ici encore, sur cette image agrandie à 241%, la différence de détail dans les motifs du vitrail est sans appel. Aussi, le piqué du grain du film 3200 iso avec le Noritsu (à droite) est magnifique alors qu’il prend une expression tachée avec le Kodak.

Note technique

Les images en diptyque pour comparer les deux Scans sont terriblement agrandies et si vous les regardez toutes les deux dans leur taille à 100%, la différence sera bien moins éloquente.

Les images à 100% ont été exportées, de leur taille originelle, en 2000 pixels (côté le plus long) et imprimables dans une taille de 17 x 26 cm pour 300 dpi.

Les 3 images originelles de gauche, ci-dessus, numérisées avec le « Kodak Slide N Scan » sont de 3824 x 5728 pixels (21,9 Mo pixels)

Les 3 images originelles de droite, ci-dessus, numérisées avec le « Noritsu 1800 » sont de 4181 x 6305 pixels (26,6 Mo pixels)

Les photographies ont été prises avec un Nikon F3 ou F3 Titane, tous deux montés d’un Nikkor Q135 f2.8 et chargés de films argentiques N&B ILFORD.