amour 2o17

Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17Éric PETR | a.m.o.u.r 2o17

Vous pouvez agrandir l’image en zoomant [Ctrl] et [+]

Éric PETR [ a.m.o.u.r. … ]
abandon, mouvement, ouverture, univers, renaissance

« L’ a.m.o.u.r. est une onde qui traverse les galaxies et irradie notre subconscient. Avec cette série, j’ai voulu me rendre au cœur de cette vibration pour capter cette énergie formidable »

36 photographies numériques faisant référence aux 36 visions de Jean dans l’Apocalypse ont été prises sur le vif en mode manuel sans utiliser la mise au point automatique et en contrôlant la vitesse et le temps de pause. Elles sont éditées sans retouches et imprimées par les propres soins du photographe sur des papiers d’art épais aux structures mates ou barytées.
De l’expérimentation à la contemplation, du flou à la netteté, de l’éblouissement à l’obscurité, Éric Petr utilise les propriétés de l’accident pour en révéler l’éventail des possibles. La lumière et le temps sont la matière première de son œuvre qui traite du « ça a été » ; une suspension du moment comme l’analysait Roland Barthes. Une croyance spontanée attestant matériellement de phénomènes non physiques du temps passé à jamais disparu. Ce temps qui interroge la mort inévitable de toute chose et sa possible survivance fantomatique dans l’image.
Il y a cette fascination pour la tension entre le visible et l’invisible, pour cette tentative d’exprimer ce que l’on ne voit pas et ce qui est indicible. L’artiste souhaite restituer l’énergie ressentie comme une matière visuelle tout en conservant la densité spectrale.

Ses travaux jouent sur l’apparition de l’image avec le pouvoir de suggérer plus que de montrer. Pressentiment, clairvoyance, dissolution, interprétation… Dans ce continuum de strates, il ne se laisse pas aveugler par les facilités d’un art contextuel. Le positionnement de sa démarche face à l’environnement est un outil de conditionnement et de circonstances. Ses photographies ont été réalisées pendant la procession de Noël 2017 à la Grotte de Sainte Marie-Madeleine, en pleine nuit, dans la montagne de la Sainte Baume.
« Un point de croisements énergétiques où, depuis des millénaires les hommes ont édifié et pratiqué des choses très puissantes d’un point de vue symbolique. » Les émanations du lieu incarné sont autant de fragments autonomes à multiples vitesses. Chaque cliché propulse des éléments dissemblables, redoublant l’altérité de l’appartenance et venant questionner l’identité, le statut de l’événement et sa représentation.
Statues de pierre, promeneurs, flambeaux… Des formes sculptées dans la lumière sont traversées par des lignes étincelantes et agitées. Ce sont des phénomènes imperceptibles à l’œil nu, des petits miracles en lévitation.
« Ces ondes ont des fréquences qui échappent à notre spectre humain et terrestre. »
Le cinétisme n’est pas une illusion d’optique. Éric Petr redonne à voir dans un autre espace, un autre temps. Le regardeur est projeté dans une dimension surnaturelle, hallucinatoire entre la reconnaissance et la désorientation sensorielle où ce qu’il voit et ce qu’il sait est remis en cause.

Tout repose sur l’investigation et la prise de vue qui s’installent dans la lenteur de l’observation, d’un repos.
« Lorsque l’obturateur est ouvert, je m’abandonne dans le flux de lumière qui vient à moi (…) Photographier c’est pour moi une véritable méditation. »
L’expérience s’appuie en introspection sur des facultés intimes de perception. Dans cette cavité profondément enfouie rien ne se perd, tout est en mouvement et se transforme chaleureusement. Malgré la température glaçante (-10°C) lors de la captation, des émanations de chaleur imperceptibles sont devenues sensibles invitant la force rayonnante à s’envelopper d’un rouge magnétique.
« Cette tonalité est l’évocation de l’amour, ce lien fraternel d’hommes et de femmes qui se réunissent dans un élan commun spirituel. »

Éric Petr ouvre l’imaginaire en créant un espace catalyseur de nos croyances. La distance s’effile entre l’irréel et sa représentation. Les potentialités de convictions et d’errance se confrontent et demeurent capturées dans un absolu éphémère où la foi exclusive pour le tangible se laisse mettre à mal par le champ vibratoire de la lumière.

CANOLINE CRITIKS
Les talents émergents de l’art contemporain
https://canolinecritiks.blogspot.fr/

Récit photographique de 36 images tirées en 3 formats différents selon les vues.
> 8 images tirées en 40x60cm papier FineArt Rag 5 exemplaires
> 12 images tirées en 20x30cm papier FineArt Rag 5 exemplaires
> 16 images tirées en 8x12cm papier FineArt Washi 8 exemplaires

Les photographies sont en vente.
Si vous êtes intéressé(e) pour une commande, n’hésitez pas à me contacter pour obtenir les renseignements sur les conditions et les tarifs [onglet contact].