LES VARIATIONS DE LUMIÈRE & OPUS

Éric Petr | Variations de Lumière opus 5 | 60x90cm
Variations de Lumière opus 5 [triptyk_2o17] © Éric Petr

Variations de Lumière opus 5 [triptyk_2021]

Le tableau central de ce triptyque est exposé au SALON RÉALITÉS NOUVELLES 2021 au Réfectoire des Cordeliers à PARIS 6e,  du 22 au 24 octobre 2021.

Ce nouvel opus est dans la continuité d’une réflexion qui porte sur l’essence de la lumière et ce qu’elle a comme effet sur la perception de l’ÊTRE dans son environnement immédiat ou cosmique.  

La lumière me fascine en effet par la dualité de son état, à la fois ondulatoire et corpusculaire, mais également pour tout ce qui fait d’elle, notre perception du monde.

Mes « Variations de Lumière » classées par opus, déclinent des images qui naissent de l’observation du monde et qui révèlent, a posteriori, l’écart de perception entre la réalité photographiée et l’enregistrement photographique.

C’est ce décalage entre notre observation et notre perception de l’univers que j’aime développer par l’image pour mettre en exergue notre myopie dont nous sommes victimes lorsque nous percevons notre environnement proche ou lointain. Mais n’est-ce pas celle-ci qui fait de l’Être son caractère multiple ?

Le médium de la photographie convient particulièrement à cette étude puisque les photons qui viennent frapper mon négatif, eux-mêmes matérialisés par des points d’impacts, décrivent dans la phase de la prise de vue, le caractère corpusculaire de la lumière. Mais cette matière, utilisée comme un outil plasticien, vient ensuite souligner le caractère ondulatoire de la lumière lorsque l’on constate que ces impacts sur le négatifs sont devenus une oscillation sur le papier. Il naît alors une écriture photographique qui a été captée par l’observation d’un point de l’univers, enregistré à un moment T de son expansion. 

La lumière me fascine également en ce qu’elle succède à un état d’amalgame de matière indifférenciée, chaotique et invisible. Un état de néant qui se caractérise pour notre œil par la couleur noire et qui pourrait être une allusion au vide quantique ou aux trous noirs de l’univers. 

Ce néant, caractérisé par l’irisation et la densité d’une matière évanescente surgissant de mes noirs photographiques, est pour moi la mémoire invisible qui fourmille, telle une énergie latente, dans l’espace-temps, en quelque sorte l’alphabet du cosmos, celui d’où naît soudainement l’écriture cosmique dans ma photographie.  

D’ailleurs, comment ne pas reprendre aussi bien le terme « photographie » que par mon écriture photographique si l’on sait que le mot « photographie » n’est autre que « graphie », l’écriture et « photo », photon (en grec, signifiant « lumière ») mais aussi, particule élémentaire (quantum ou boson) de la lumière.

Variations de Lumière opus 1「octoptyk_2o17」/ cliquez sur l’image pour l’agrandir /

Variations de Lumière opus 1
「octoptyk_2o17」

Photographie numérique, Nikon DF
Papier washi shiramine 260g très épais [10x15cm]
Édition limitée #1/3 exemplaires 
Composition d’un octoptyque monté en 8 cadres [20x25cm] 
L’ensemble de l’installation mesure 2,35m sur une ligne ou 1,15m sur 2 lignes l’une au-dessus de l’autre.

La lumière prend naissance dans chacun des 8 espaces de l’octoptyque. Sa matière est subitement libérée pour fuser à travers l’espace-temps. L’onde générée s’échappe de son espace et la nette coupure suggère le segment de droite que l’on trace à la règle apposé d’une lemniscate pour indiquer l’infini. Cette valeur est rappelée par les huit unités qui structurent l’œuvre.Les images révèlent tour à tour cette répétition à l’infini, tel un écho en engendre un autre.Le papier fait apparaître dans ses noirs profonds une irisation qui suggère le vide quantique. Ce néant est la mémoire invisible qui fourmille comme une énergie latente dans l’espace, l’alphabet du cosmos celui qui fait naître, tout à coup, l’écriture cosmique.

Installation Shenyang (Chine), 1905 Gallery
Variations de Lumière opus 2  [hexaptyk_2o2o]

Variations de Lumière opus 2  [hexaptyk_2o2o] 

Photographie numérique Nikon DF
Composition de 6 images [10x15cm] montées en hexaptyque
Canson Photographique Baryta FineArt 310g
Édition limitée #1/2 exemplaires
Cadre antique datant probablement de la fin du 19e siècle
Taille du cadre : 33x88cm x4cm 1.195g (sans verre)

Ce retable ancien de 6 tableaux contemporains est une œuvre polyptyque qui par l’intemporalité de ces images fait écho, avec beaucoup de poésie, à ce décor rococo.

La combinaison du cuir doré, des chromos violets et du front décoré de velours, fait de cet objet, assemblé avec ces images de variations de Lumière, une œuvre contemporaine et extrêmement rare.

Chaque photographie repose sur un magnifique tissu damassé qui recouvre le cadre à l’intérieur. 

Variations de lumière opus n°3 [triptyk_2o2o]

Variations de Lumière opus 3 [triptyk_2o2o]

Prise de vue Nikon F3, NikkorQ 135mm & film Ilford PanF 
Œuvre photographique monochrome en noir et blanc de 2020 
Triptyque, 3 photographies 9x13cm sur papier beaux arts A4
Impression pigmentaire sur washi Bamboo 250g très épais
Édition limitée #1/3 exemplaires 
Cadre en bois de frêne, passe-partout sans verre
Dimensions 32x47cm

Une réflexion sur la symbolique de l’essence de la vie d’où surgit cette énergie créatrice qui comme une onde se déploie à travers l’espace-temps et se reproduit à l’infini.

RÉALITÉS NOUVELLES 2021

RÉALITÉS NOUVELLES 
A B S T R A C T I O N S 
22 〜 24 OCTOBRE 2021

ESPACE COMMINES
17 rue Commines 75003 Paris
M° Filles du Calvaire [L8] 

RÉFECTOIRE DES CORDELIERS
15 rue de l’École de Médecine 75006 Paris
M° Odéon [L4 – 10] GALERIE

ABSTRACT PROJECT
Exposition des petits formats du 14 au 24 octobre
5 rue des Immeubles Industriels 75012 Paris
M° Nation [L1 – 2 – 6 – 9]  

Cette année, le Salon des Réalités Nouvelles s’exposera dans 3 lieux différents.

www.realitesnouvelles.org

Le Salon a lieu tous les ans depuis 1946 à Paris. Il se donne pour objectif la promotion des œuvres d’art «communément appelés art concret, art non-figuratif ou art abstrait». Le Salon a été fondé en 1946 par les artistes Sonia Delaunay, Auguste Herbin, Jean Arp, Jean Gorin, Pevsner… en continuité de l’association « Abstraction-Création » (1931). L’expression «Réalités Nouvelles» serait née sous la plume du poète Guillaume Apollinaire en 1912 pour désigner l’abstraction comme la forme exprimant le mieux la Réalité Moderne. 

Lire la suite …
www.realitesnouvelles.org/intro.htm

Salon des Réalités Nouvelles © Éric Petr

EXPOSITION NUIT RADIEUSE | LE CORBUSIER

zzb Nuit Radieuse | Éric Petr
Nuit radieuse | 0x1853BD01 © Éric Petr, 2o2o

Mercredi 19 mai 2021
À La Cité Radieuse de Marseille
Réouverture du Restaurant Le Ventre de l’Architecte 
& Opening de l’exposition Nuit radieuse de Éric Petr

L’hôtel et restaurant Le Corbusier à Marseille remettra les fourneaux de sa cuisine gastronomique en marche, mercredi 19 mai à partir de 12h.  Celles et ceux qui souhaitent prolonger ce doux moment de liberté retrouvée au-delà de 21h, pourront se soustraire à la règle du couvre-feu en réservant une des magnifiques chambres de l’hôtel et se plonger dans une nuit très vintage dans le pur jus de
Le Corbusier. En effet, si les restaurants devront attendre le 9 juin pour rouvrir leur salle, les hôtels pourvus d’une restauration pourront quant à eux servir en salle dès le 19 mai. 

Pour mettre en couleur cet événement tant attendu par tous, Dominique Gerardin, la propriétaire de ce lieu magique, m’a invité à présenter un travail photographique réalisé depuis La Cité Radieuse d’où j’ai enregistré l’âme de ma ville, au cours d’une nuit d’évasion passée dans l’hôtel Le Corbusier. 

« L’enregistrement des vibrations de la ville restitue un spectre non visible et témoigne de l’extraordinaire pour raconter une rêverie retranscrite dans un idiome visuel où l’on aperçoit en filigrane dans les interstices des signes, l’indicible beauté de Marseille plongée dans son sommeil. » Éric Petr

Je vous invite à lire le très bel article paru dans Canoline Criticks, Revue d’Art Contemporain qui met en lumière « Nuit radieuse »

Eric Petr, Nuit radieuse, récit photographique

RÉALITÉS NOUVELLES 2019 | SHENYANG CHINE

ABSTRACTIONS | 抽象
Musée de LAFA|鲁迅美术学院美术馆

Département des Beaux Arts | Shenyang, Chine & Réalités Nouvelles
Commissaire d’exposition : Xi ZHEN
23 septembre 〜 7 octobre 2019

Vernissage lundi 23 septembre à 15:30

Je suis heureux de participer à cette exposition où je présenterai « Ô Fujisan » polyptyque.

À propos de Ô Fujisan

Blog Ô_Fujisan polyptyk
Polyptyque Ô Fujisan 2018 © Éric Petr

INTENTION ET NON-INTENTION | 1905 ART SPACE

Blog Expo Espace 1905 Shenyang Chine

INTENTION ET NON-INTENTION
1905 ART SPACE|法国新现实主义协会艺术家群展「有意·无意」

Galerie 1905 | Shenyang, Chine
Exposition « hors les murs » de  ]RN structure[

13 juillet 〜 7 octobre 2019

Je suis heureux de participer à cette exposition où je présenterai mon octoptyque « variations de Lumière opus 1 »

A propos de mon œuvre photographique exposée 

Blog VdL op1 Octoptyk PS
Variations de Lumière opus n° 1 © Éric Petr (2017)

EXPOSITION INTENTION NON INTENTION
Hors-les-murs SHENYANG 沈阳 – Réalités Nouvelles

Exhibition Intention Non-Intention, Galerie 1905 – 文化创意园 Réalités Nouvelles Hors-les-murs Shenyang — à 沈阳 (ShenYang City) Académie des Beaux-Arts Luxun – 鲁迅美术学院 Curated by Xi Zhen. 13 Juillet – 7 Octobre 2019

www.realitesnouvelles.org

#FRAGMENTS [TRIPTYK] | RÉALITÉS NOUVELLES

Éric Petr | Fragaments, présentation blog
#fragments_2017 tableau satellite © Éric Petr

SALON RÉALITÉS NOUVELLES 71e édition | Abstractions 
Parc Floral de Paris
du 15 au 22 octobre 2017

#fragments 「 triptyk_2o17 」
– – – Étude photographique – – –

Résumé

#fragments [ triptyk_2o17 ] est une transcription poétique du principe d’indétermination ou « relations d’incertitude » de la mécanique quantique énoncé par Werner Heisenberg en 1927.
Cette étude photographique interroge sur le fait que notre observation de l’univers imposerait certaines limites à notre perception de la réalité.
Les vitraux représentent dans ces images la symbolique de particules élémentaires que sont les photons alors, …
Le tableau blanc représente la position des particules, le tableau noir représente la vitesse des particules et le petit tableau représente le compromis de mesure entre la position et la vitesse minimalistes.

#fragments [ triptyk_2o17 ] Canson Baryta Prestige 340g sur Dibond 3mm

Éric Petr | Fragaments, présentation blog
1er tableau : #fragments_blanc  (26cm x 150cm) sans cadre
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
2e tableau :  #fragments_noir   (26cm x 150cm) sans cadre
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
3e tableau :  #fragments_3b-5-0F   (14cm x 18cm) encadrement boîte noire

Description du dispositif

Éric Petr | Fragaments, présentation blog
Le lieu : Grotte Sainte Marie-Madeleine à La Sainte Baume
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
Plan du dispositif

Il y a 3 corps lumineux strictement alignés.
Ces trois corps ont été enregistrés sur le capteur d’un appareil photographique au cours d’une séance.
L’appareil a pris 5 séquences d’enregistrement des 3 corps lumineux selon un déplacement parallèle à leur alignement.
Les 3 corps apparaissent ou n’apparaissent pas selon qu’ils sont  ou ne sont pas dans la visée de l’objectif au cours de l’opération d’enregistrement des 5 séquences.

Les 5 séquences sont matérialisées par des « fenêtres-images » apparaissant sur un tableau dont le support est une bande de papier photo de 26×150 cm.
Ce dispositif d’affichage est reproduit à l’identique sur deux tableaux dont la couleur de fond est différente.
L’un est de fond blanc : #fragments_blanc
Le second est de fond noir : #fragments_noir
Un troisième élément vient compléter l’ensemble de l’œuvre pour en faire le triptyque ; c’est l’image de la troisième séquence tirée sur un petit tableau au format papier photo 14x18cm : #fragment_3b-5-0F

Les « fenêtres-images » sont la visualisation, sur chacun des tableaux, des images représentant les corps lumineux.
Les 2 tableaux, #fragments_blanc et #fragments_noir, représentent la symbolique de la position et de la vitesse de ces corps lumineux.
Le petit format, quant à lui, affiche l’image d’une des 5 séquences pour l’extraire de son contexte de prise de vue et représente la symbolique du compromis de mesure entre la position et la vitesse minimalistes.

La durée totale des cinq séquences, du point A (départ du début de l’enregistrement de la première séquence), jusqu’au point E (fin de l’enregistrement de la cinquième et dernière séquence), détermine la vitesse de déplacement du capteur.
L’apparition des images matérialise, par un phénomène réfléchi, le déplacement du capteur ou sa position pendant ce déplacement.
Les « fenêtres-images » représentent la partie visible de l’enregistrement du phénomène, comme la partie haute d’une onde que l’on peut voir se dessiner sur l’eau quand un corps en touche sa surface.Elles déterminent la position du capteur lors de son déplacement mais pas sa vitesse de déplacement.
La partie qui sépare deux « fenêtres-images », comme la distance entre deux ondes marquées à la surface de l’eau,  détermine la vitesse du déplacement du capteur et non sa position.

Salon Réalités Nouvelles 2017
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
Éric Petr | Fragaments, présentation blog

ABSTRACTIONS AU CHÂTEAU DE LA VEYRIE

Éric Petr | Tryptique
Exposition Château de la Veyrie 2017, Triptyque 光の痕跡 © Éric Petr

CHATEAU DE LA VEYRIE | Édition 2017
Une exposition sur l’abstraction
du 13 mai au 18 septembre 2017

Le Salon Réalités Nouvelles investit le Château de la Veyrie à Bernin, Isère

A Bernin en Isère, le Chateau de la Veyrie abrite jusqu’au 18 septembre une exposition hors les murs du prestigieux « Salon Réalités Nouvelles ». Une quarantaine de « pointures » s’est appropriée ce lieu insolite sur le thème de l’art abstrait contemporain.

Sculptures, tableaux, dessins, photographies, vidéos… Des oeuvres insolites dans un site qui l’est tout autant. Le Château de la Veyrie situé à Bernin est une maison bourgeoise du XIe siècle, posée sur une butte du Grésivaudan.

C’est le lieu choisi par le « Salon des Réalités nouvelles » qui quelque fois se délocalise… Créée en 1947, cette manifestation réunit régulièrement des artistes internationaux « performers » de l’abstraction. 400 grandes signatures sont membres de son association.

A Bernin, 36 artistes s’exposent donc hors leurs murs habituels… Le lieu porte les traces d’une histoire économique, culturelle et artistique. Chaque artiste s’est approprié les lieux, entrouvant à sa manière une porte pour que le visiteur anonyme et curieux se laisse embarquer…

Reportage FR3 Auvergne Rhône-Alpes de Isabelle Colbrant, Vincent Habran, Pierre Maillard . . .

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/salon-realites-nouvelles-investit-chateau-veyrie-bernin-isere-1275633.html

Château de la Veyrie 2017
Reportage FR3 Auvergne Rhône-Alpes … [cliquez sur l’image]
Château de la Veyrie 2017

CE QUI AURAIT PU NE PAS ÊTRE, …

Éric Petr | 0x90545004
Ce qui aurait pu ne pas être #eauxfortes_2o17 © Éric Petr

ABSTRACT PROJECT
« Ce qui aurait pu ne pas être, … »
Exposition collective : du 6 au 15 avril 2017
Vernissage Mercredi 5 Avril de 18h à 21h

5 rue des Immeubles Industriels 75011 PARIS
Métro Nation

www.abstract-project.com

« Tout travail d’artiste repose sur des pratiques et des postulats plus fragiles qu’ils n’en ont l’air. De leurs projets, de leurs réalisations les artistes transmettent la possibilité que toute chose puisse à un moment, devenir autre.
De nécessités en contingences les œuvres sont ainsi en permanentes mutations.
Au cours de la création et des expériences menées, chacun des artistes peut avoir senti que ces recherches et productions dérivent, cherchent, et proposent de façon fortuite des formes inattendues mais possibles.
C’est autour de « Ce qui aurait pu ne pas être, » que nous vous proposons cette exposition.
C’est le pari que nous avons soumis aux artistes réunis ici, montrer des créations qui sont pour eux un pas de côté dans leur production.
Montrer ce qui serait inhabituel à un moment de leur recherche. »
AP_mars2017

#eauxfortes_2o17
Cette lumière qui s’écrit en pointillé sur mon négatif, à la manière des eaux-fortes où les acides viennent mordre la plaque de cuivre de l’aquafortiste, fait naître des formes incertaines qui évoquent par la précision du trait des estampes abstraites et mystérieuses.
Là où, dans mon travail plus connu, la lumière agit comme un pinceau pour y coucher par aplats des impressions célestes, cette expérience en marge que je vous dévoile ici, sous une forme contingente et aléatoire de vie, dans une écriture ciselée, vient révéler des images qui pourraient appartenir à des voies lactées chimériques, des mondes imaginaires ou d’improbables fjords pliocènes.

Œuvre issue de la série #eauxfortes_2o17
Titre : 0x90545004 | 3 exemplaires uniques
Papier 20x30cm, encadrement format 8F

SALON RÉALITÉS NOUVELLES 2016

Spirituelles Odyssées © Éric Petr

70e Salon Réalités Nouvelles 

Ce rendez-vous de l’art abstrait contemporain, soutenu par le Ministère de la Culture et de la Communication, présidé par Olivier di Pizio, a réuni 400 artistes internationaux qui ont présenté, peintures, sculptures, gravures, dessins, photographies ou installations/vidéo « art&science ».

www.realitesnouvelles.com

Je remercie tous ceux avec lesquels j’ai partagé ce bel événement et tous ceux qui, de plus loin, ont eu une pensée pour moi.

Je vous invite aussi à lire l’article de Actuphoto sur le Salon Réalités Nouvelles où l’un de mes visuels est mis en avant.
actuphoto.com

Spirituelles Odyssées © Éric Petr

Qu’est-ce que le Salon des Réalités Nouvelles ?

Le Salon des Réalités Nouvelles est le salon de l’abstraction, il est animé par les artistes eux-mêmes réunis en une association Réalités Nouvelles.

Le Salon a lieu tous les ans depuis 1946 à Paris. Il se donne pour objectif la promotion des œuvres d’art « communément appelés art concret, art non-figuratif ou art abstrait ».

Le Salon a été fondé en 1946 par les artistes Sonia Delaunay,  Auguste Herbin, Jean Arp… Relayé par des critiques passionnées le salon connait un rapide succès qui présente aussi bien l’art géométrique, concret à travers des artistes comme Jean Dewasne, Victor Vasarely que des artistes non-figuratif comme Pierre Soulages, Georges Mathieu, Vieira da Silva, ou Robert Motherwell…

À partir de 1956, toutes les tendances de l’abstraction y sont représentées jusqu’aux formes de figurations allusives.
C’est l’un des principaux salons parisiens.Il a lieu tous les ans au mois d’octobre à Paris.
L’expression Réalités Nouvelles serait née sous la plume du poète Guillaume Apollinaire en 1912 pour désigner l’abstraction comme la forme exprimant le mieux notre Réalité Moderne. 
Le bureau de l’association  est composé d’artistes peintres, sculpteurs, graveurs, sous la présidence d’Olivier Di Pizio.
Chaque candidat au salon est choisi par un jury sur présentation d’œuvres ou de photos d’œuvres abstraites qu’elles soient allusives, conceptuelles, concrètes, géométriques, gestuelles, haptiques, lyriques, nominalistes etc …
Ces dernières années, il y a 350 à 400 artistes par Salon  – environ 250 peintres, 90 sculpteurs, 30 graveurs…