ŒUVRES CONTEMPORAINES EN CADRES ANCIENS

[0x18CBA3] Metamorphoses © Éric Petr

Œuvres d’art contemporaines encadrées dans des cadres antiques

Certaines de mes œuvres photographiques sont destinées à être encadrées dans des cadres anciens. J’aime associer la valeur intemporelle de mes œuvres à un moment de l’histoire que le cadre évoque.

Par exemple, cette photographie a été prise dans la Cathédrale du Bon Pasteur à San Sebastian, en Espagne.

Lorsque je prends des photos dans des lieux spirituels, je vois souvent des anges ou des créatures mythiques apparaître dans mes images. Les longs temps de pose permettent à l’invisible de s’enregistrer sur les pellicules de mes appareils photo.

Par exemple, sur cette photographie, un Phénix vole dans les airs.
Le Phénix est un oiseau de la mythologie grecque qui par sa puissance renaît de ses cendres après avoir été consumé par les flammes. Il symbolise les cycles qui rythment la vie, la mort et la résurrection. On l’appelle aussi l’oiseau de feu.

Titre : [0x18CBA3] Métamorphoses, 2012
Édition : Limited Edition #1 of 3  (+ 1 AP)
Papier : Hahnemühle Glossy Fine Art Baryta Satin 300g
Taille de l’image imprimée : 9x14cm

Cadre antique : Napoleon 3 (19th century) porte photo ancien avec un verre biseauté d’époque et un très joli ruban en laiton (9x16cm x2cm 264g) 
Dans cette photo, un Phénix vole dans les airs ♪ (‘θ `) ノ ☆☆ 〜

French Antique & Art gallery

C’est une galerie et boutique d’antiquités française sur le site Etsy qui propose une sélection de mes œuvres photographiques présentées dans de très beaux cadres anciens. Etsy garantit la transaction et la qualité des boutiques qu’il héberge et dont il tire également sa réputation de premier site marchand mondial de petits créateurs et artisans.

PROCESSION DE LA VIERGE NOIRE À L’ABBAYE SAINT-VICTOR

Éric Petr | 0x88C22C01
Procession de la Vierge Noire 2o18 © Éric Petr

Il y a presque quatre ans, à cette même date, je me conditionnai à me lever en pleine nuit pour assister le vendredi 2 février 2018, jour de pleine lune, à la Procession de la Vierge Noire, du Vieux Port à l’Abbaye Saint-Victor de Marseille.
Il n’y a que les événements comme ceux-ci qui me donnent la force de braver le sommeil profond.

Embarqué de mon Nikon Df assujetti de ses objectifs en cul de bouteille que j’adore au grand dam de tous les photographes sensés, me voici à 4 heures du matin projeté sur le Vieux Port sous l’ombrière de Norman Foster qui à cette heure-ci de la nuit n’aura de bienfait que de me protéger du vol des gabians moqueurs, aux aguets du retour des pêcheurs avec leurs pointus remplis de rascasses.

Mais déjà, le monde afflue de toutes parts et des centaines de flambeaux illuminent le port dont la chaleur qui en émane me fait déjà oublier la fatigue matinale. L’ambiance est fervente et une joie inexprimable irradie le lieu qui devient théâtre de foi et comme une fête, la foule enfiévrée s’exalte.

Soudain, tout au loin, une étrange vibration nous parvient comme une rumeur venue du berceau de l’Afrique. Un bateau, et à son bord, la Vierge Noire. Puissante énergie qui au fur et à mesure embrase la foule et métamorphose ce lieu de pêcheurs en un lieu de croyance et d’amour.

Je saisis alors mon appareil photographique et me laisse porter sur ces vagues d’une incroyable force. Je m’abandonne à ce flot interminable et parmi cet essaim de fidèles, l’esprit happé par cette énergie insaisissable, je tourbillonne et clique sans savoir mais dans une inspiration toujours créatrice. Je ne pense plus, je ne fais plus qu’un avec la foule, la Vierge Noire, les flambeaux, Marseille, l’air marin, l’embrasement. C’est beau, puissant et enivrant !

La suite en images avec ce récit photographique qui raconte cette procession.
Je vous en souhaite une très belle lecture qui sera rendue plus confortable si vous cliquez sur [Ctrl] et [+] jusqu’à obtenir une image suffisamment agrandie.

LES VARIATIONS DE LUMIÈRE & OPUS

Éric Petr | Variations de Lumière opus 5 | 60x90cm
Variations de Lumière opus 5 [triptyk_2o17] © Éric Petr

Variations de Lumière opus 5 [triptyk_2021]

Le tableau central de ce triptyque est exposé au SALON RÉALITÉS NOUVELLES 2021 au Réfectoire des Cordeliers à PARIS 6e,  du 22 au 24 octobre 2021.

Ce nouvel opus est dans la continuité d’une réflexion qui porte sur l’essence de la lumière et ce qu’elle a comme effet sur la perception de l’ÊTRE dans son environnement immédiat ou cosmique.  

La lumière me fascine en effet par la dualité de son état, à la fois ondulatoire et corpusculaire, mais également pour tout ce qui fait d’elle, notre perception du monde.

Mes « Variations de Lumière » classées par opus, déclinent des images qui naissent de l’observation du monde et qui révèlent, a posteriori, l’écart de perception entre la réalité photographiée et l’enregistrement photographique.

C’est ce décalage entre notre observation et notre perception de l’univers que j’aime développer par l’image pour mettre en exergue notre myopie dont nous sommes victimes lorsque nous percevons notre environnement proche ou lointain. Mais n’est-ce pas celle-ci qui fait de l’Être son caractère multiple ?

Le médium de la photographie convient particulièrement à cette étude puisque les photons qui viennent frapper mon négatif, eux-mêmes matérialisés par des points d’impacts, décrivent dans la phase de la prise de vue, le caractère corpusculaire de la lumière. Mais cette matière, utilisée comme un outil plasticien, vient ensuite souligner le caractère ondulatoire de la lumière lorsque l’on constate que ces impacts sur le négatifs sont devenus une oscillation sur le papier. Il naît alors une écriture photographique qui a été captée par l’observation d’un point de l’univers, enregistré à un moment T de son expansion. 

La lumière me fascine également en ce qu’elle succède à un état d’amalgame de matière indifférenciée, chaotique et invisible. Un état de néant qui se caractérise pour notre œil par la couleur noire et qui pourrait être une allusion au vide quantique ou aux trous noirs de l’univers. 

Ce néant, caractérisé par l’irisation et la densité d’une matière évanescente surgissant de mes noirs photographiques, est pour moi la mémoire invisible qui fourmille, telle une énergie latente, dans l’espace-temps, en quelque sorte l’alphabet du cosmos, celui d’où naît soudainement l’écriture cosmique dans ma photographie.  

D’ailleurs, comment ne pas reprendre aussi bien le terme « photographie » que par mon écriture photographique si l’on sait que le mot « photographie » n’est autre que « graphie », l’écriture et « photo », photon (en grec, signifiant « lumière ») mais aussi, particule élémentaire (quantum ou boson) de la lumière.

Variations de Lumière opus 1「octoptyk_2o17」/ cliquez sur l’image pour l’agrandir /

Variations de Lumière opus 1
「octoptyk_2o17」

Photographie numérique, Nikon DF
Papier washi shiramine 260g très épais [10x15cm]
Édition limitée #1/3 exemplaires 
Composition d’un octoptyque monté en 8 cadres [20x25cm] 
L’ensemble de l’installation mesure 2,35m sur une ligne ou 1,15m sur 2 lignes l’une au-dessus de l’autre.

La lumière prend naissance dans chacun des 8 espaces de l’octoptyque. Sa matière est subitement libérée pour fuser à travers l’espace-temps. L’onde générée s’échappe de son espace et la nette coupure suggère le segment de droite que l’on trace à la règle apposé d’une lemniscate pour indiquer l’infini. Cette valeur est rappelée par les huit unités qui structurent l’œuvre.Les images révèlent tour à tour cette répétition à l’infini, tel un écho en engendre un autre.Le papier fait apparaître dans ses noirs profonds une irisation qui suggère le vide quantique. Ce néant est la mémoire invisible qui fourmille comme une énergie latente dans l’espace, l’alphabet du cosmos celui qui fait naître, tout à coup, l’écriture cosmique.

Installation Shenyang (Chine), 1905 Gallery
Variations de Lumière opus 2  [hexaptyk_2o2o]

Variations de Lumière opus 2  [hexaptyk_2o2o] 

Photographie numérique Nikon DF
Composition de 6 images [10x15cm] montées en hexaptyque
Canson Photographique Baryta FineArt 310g
Édition limitée #1/2 exemplaires
Cadre antique datant probablement de la fin du 19e siècle
Taille du cadre : 33x88cm x4cm 1.195g (sans verre)

Ce retable ancien de 6 tableaux contemporains est une œuvre polyptyque qui par l’intemporalité de ces images fait écho, avec beaucoup de poésie, à ce décor rococo.

La combinaison du cuir doré, des chromos violets et du front décoré de velours, fait de cet objet, assemblé avec ces images de variations de Lumière, une œuvre contemporaine et extrêmement rare.

Chaque photographie repose sur un magnifique tissu damassé qui recouvre le cadre à l’intérieur. 

Variations de lumière opus n°3 [triptyk_2o2o]

Variations de Lumière opus 3 [triptyk_2o2o]

Prise de vue Nikon F3, NikkorQ 135mm & film Ilford PanF 
Œuvre photographique monochrome en noir et blanc de 2020 
Triptyque, 3 photographies 9x13cm sur papier beaux arts A4
Impression pigmentaire sur washi Bamboo 250g très épais
Édition limitée #1/3 exemplaires 
Cadre en bois de frêne, passe-partout sans verre
Dimensions 32x47cm

Une réflexion sur la symbolique de l’essence de la vie d’où surgit cette énergie créatrice qui comme une onde se déploie à travers l’espace-temps et se reproduit à l’infini.

ÉLÉPHANT IN THE ROOM 2021 | LE DÉSORDRE

Festival The Éléphant in the Room 2021

Le Festival ELEPHANT IN THE ROOM est une manifestation photographique organisée par Corridor Éléphant, Vanda Spengler, la Revue TK21 et LeStudio Club Arty à Paris.

Cette première manifestation prendra les couleurs du « Désordre » sous lesquelles 45 photographes exposeront pendant 15 jours à LeStudio Club Arty à Paris 9e, en septembre 2021.

Cet événement photographique sera ponctué par 3 soirées au cours desquelles, lectures de portfolio, rencontres, tables rondes et performances ponctueront cette fête dans un joyeux désordre. 

L’exposition et les événements sont gratuits mais vous devrez malgré tout réserver votre créneau horaire sur le site de Corridor Éléphant si vous êtes intéressé par la lecture de votre portfolio.

www.corridorelephant.com

Je présenterai « Matière 0xA2C2B » sélectionnée pour cette exposition sur la thématique du DÉSORDRE.

Expostion Le Désordre 2021 © Éric Petr

Titre : Matière 0xA2C2B
Année : 2020
Photographie [24x36cm] #1/6
d’après film Ilford HP5 400 iso 
Tirage avec encres pigmentaires sur Papier Fine Art Hahnemühle 310g
Cadre/boîte en bois de ramin teint à l’encre de chine et verre musée [33x45cm]

Qu’est-ce que le désordre pour vous ?

« Si le désordre, dans son sens chaotique, représente un état d’amalgame de matière indifférenciée préexistant à la lumière, il est alors l’état qui précède la création. 
La création, tout comme l’ordre, serait alors la valeur positive du désordre, ce qui sous-tendrait qu’il ne peut y avoir ordre sans, au préalable, désordre. »

TrAVerSéE2nUiT 2oo4

zzb #bootstrap_4/5 original
 TrAVerSéE2nUiT 2oo4 / 35e pose © Éric Petr

TrAVerSéE2nUiT 2oo4 … une œuvre netArt en 36 poses

Récit photographique retraçant une traversée de nuit de la Mer Méditerranée en août 2004 de Marseille à Bastia.

Ce projet photographique netArt de 36.864 pixels, composé de 36 vues de 1024 pixels défilant au rythme d’une traversée en Mer Méditerranée sous une lumière lunaire rasante, est l’évocation pour l’art de la photographie, de la fin de l’ère de l’argentique et l’apparition de celle du numérique ; une fracture violente qui annonce déjà la mort d’une technologie mais qui ouvre d’infinies possibilités malgré une qualité très inférieure à celle de l’argentique. Propos Éric Petr, 2004

Voir le projet netArt TrAVerSéE2nUiT 2oo4

Blog Pozekafee Traversée de Nuit 2004

http://www.pozekafee.net/eric.petr/traversee2nuit/

Pour voir toutes les images de la traversée, faites les défiler vers la droite à l’aide de votre souris.

Bonne traversée !

#FRAGMENTS [TRIPTYK] | RÉALITÉS NOUVELLES

Éric Petr | Fragaments, présentation blog
#fragments_2017 tableau satellite © Éric Petr

SALON RÉALITÉS NOUVELLES 71e édition | Abstractions 
Parc Floral de Paris
du 15 au 22 octobre 2017

#fragments 「 triptyk_2o17 」
– – – Étude photographique – – –

Résumé

#fragments [ triptyk_2o17 ] est une transcription poétique du principe d’indétermination ou « relations d’incertitude » de la mécanique quantique énoncé par Werner Heisenberg en 1927.
Cette étude photographique interroge sur le fait que notre observation de l’univers imposerait certaines limites à notre perception de la réalité.
Les vitraux représentent dans ces images la symbolique de particules élémentaires que sont les photons alors, …
Le tableau blanc représente la position des particules, le tableau noir représente la vitesse des particules et le petit tableau représente le compromis de mesure entre la position et la vitesse minimalistes.

#fragments [ triptyk_2o17 ] Canson Baryta Prestige 340g sur Dibond 3mm

Éric Petr | Fragaments, présentation blog
1er tableau : #fragments_blanc  (26cm x 150cm) sans cadre
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
2e tableau :  #fragments_noir   (26cm x 150cm) sans cadre
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
3e tableau :  #fragments_3b-5-0F   (14cm x 18cm) encadrement boîte noire

Description du dispositif

Éric Petr | Fragaments, présentation blog
Le lieu : Grotte Sainte Marie-Madeleine à La Sainte Baume
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
Plan du dispositif

Il y a 3 corps lumineux strictement alignés.
Ces trois corps ont été enregistrés sur le capteur d’un appareil photographique au cours d’une séance.
L’appareil a pris 5 séquences d’enregistrement des 3 corps lumineux selon un déplacement parallèle à leur alignement.
Les 3 corps apparaissent ou n’apparaissent pas selon qu’ils sont  ou ne sont pas dans la visée de l’objectif au cours de l’opération d’enregistrement des 5 séquences.

Les 5 séquences sont matérialisées par des « fenêtres-images » apparaissant sur un tableau dont le support est une bande de papier photo de 26×150 cm.
Ce dispositif d’affichage est reproduit à l’identique sur deux tableaux dont la couleur de fond est différente.
L’un est de fond blanc : #fragments_blanc
Le second est de fond noir : #fragments_noir
Un troisième élément vient compléter l’ensemble de l’œuvre pour en faire le triptyque ; c’est l’image de la troisième séquence tirée sur un petit tableau au format papier photo 14x18cm : #fragment_3b-5-0F

Les « fenêtres-images » sont la visualisation, sur chacun des tableaux, des images représentant les corps lumineux.
Les 2 tableaux, #fragments_blanc et #fragments_noir, représentent la symbolique de la position et de la vitesse de ces corps lumineux.
Le petit format, quant à lui, affiche l’image d’une des 5 séquences pour l’extraire de son contexte de prise de vue et représente la symbolique du compromis de mesure entre la position et la vitesse minimalistes.

La durée totale des cinq séquences, du point A (départ du début de l’enregistrement de la première séquence), jusqu’au point E (fin de l’enregistrement de la cinquième et dernière séquence), détermine la vitesse de déplacement du capteur.
L’apparition des images matérialise, par un phénomène réfléchi, le déplacement du capteur ou sa position pendant ce déplacement.
Les « fenêtres-images » représentent la partie visible de l’enregistrement du phénomène, comme la partie haute d’une onde que l’on peut voir se dessiner sur l’eau quand un corps en touche sa surface.Elles déterminent la position du capteur lors de son déplacement mais pas sa vitesse de déplacement.
La partie qui sépare deux « fenêtres-images », comme la distance entre deux ondes marquées à la surface de l’eau,  détermine la vitesse du déplacement du capteur et non sa position.

Salon Réalités Nouvelles 2017
Éric Petr | Fragaments, présentation blog
Éric Petr | Fragaments, présentation blog